© 2013 Héloïse et Johan Schueremans
A bannir: les vers de vase

A bannir: les vers de vase

Les vers de vase sont une alimentation hélas très populaire dans le milieu aquariophile.

En effet, ils ont la réputation d'être riche en protéines, ils sont appétants, se trouvent dans n'importe quelle animalerie et sont très peu chers.

Alors pourquoi les bannir de l'alimentation de nos poissons? Nous allons évoquer ci dissous les différentes raisons.

1. La réputation de richesse en protéine est inexacte.

L'analyse chimique d'un vers de vase montre qu'il contient 9.3% de matière sèche (donc 91.7% d'eau). Ces matières sèches sont composées de 62.5% de protéines, 10.4% de graisses, 11.6% de cendres et 15.4% de nitrogen.

Donc, le taux en protéines réel d'un vers de vase est de, seulement, 5.8%...

Le vers de vase n'a donc aucun intérêt nutritionnel pour les poissons, c'est juste un fastfood.

 

2. Les vers de vase sont indigestes.

Le Dr Jim Greenwood de la clinique vétérinaire de Canterbury (Victoria) a réalisé une étude sur la digestibilité des vers de vase, il en conclut:

The concern seems to be related to the structure of the bloodworms "undigestible" exoskeleton and its potential for creating stomach blockages. "A note of caution here on feeding the larger imported frozen bloodworm. These worms have a chitinous exoskeleton and numerous bristles that are indigestible for fishes with small intestinal apertures. The meaty portion of the worm is readily processed, but the hard bits remain and clog up the stomach in an immovable mass.

Ce qui signifie:

La préoccupation semble provenir de la structure indigeste de l'exosquelette du vers de vase, et des potentiels blocages stomacaux que cela peut entraîner. Nourrir avec des vers de vases congelés qui proviennent principalement de l'importation doit attirer notre attention. Ces vers ont un exosquelette chitineux ainsi que de nombreuses soies qui sont indigestes pour les poissons, entraînant un risque de lésions intestinales. La partie charnue du vers est facilement assimilée, mais la partie dure, annelée (l'exosquelette) reste, et peuvent aller jusqu'à boucher l'estomac du poisson.

Un poisson nourrit aux vers de vase ne peut donc pas correctement les digérer, il risque donc une constipation ou plus grave une occlusion intestinale, ce qui peut engendrer dans les 2 cas la mort du poisson.

 

3. Les vers de vase sont source de pathogènes

Les vers de vase absorbent tous les polluants, germes, pathogènes présents dans l'eau. Ils se développent d'ailleurs mieux dans un espace d'eau stagnante polluée.

C'est la raison pour laquelle, les vers de vase sont utilisés pour la filtration de l'eau; dans le cas d'une pollution organique majeure et/ou durable, il s'agit même d'une espèce pionnière qui va contribuer à la résilience de l'écosystème.

Donc, en nourrissant nos poissons avec des vers de vase, nous prenons le risque de leur transmettre des microbes ou des polluants du type dioxines ou métaux lourds.

C'est d'ailleurs pour cette raison qu'en Australie la réglementation oblige de stériliser les vers de vase avant de les mettre à la vente.

Rincer longuement les vers de vase et les dégorger permet de diminuer les risques mais sans les supprimer.

 

4.Les risques quant aux congelés

La congelation même à -18°C ne tue pas les agents pathogènes, ils sont seulement mis en dormence et se multiplient si la chaîne du froid n'est pas correctement respecter.

Les risques de la brisure de la chaîne du froid pour un poisson sont semblables aux notres (prolifération des bactéries) donc il faut que le fournisseur et le vendeur aient respecté cette chaîne du froid donc qu'ils se soient empressés dans les ranger dans le congelateur, de même pour l'acheteur.

Dans le cas d'une décongelation suivie d'une recongélation, les vers de vase se mettent à ressembler à une bouillie.

 

Conclusion

Pour conclure, comme disent les enfants, les vers de vase "c'est caca"