© 2013 Héloïse et Johan Schueremans
La Tuberculose piscicole


Informations générales:

Bien que la plupart des aquariophiles amateurs n'ait jamais entendu parler de cette maladie, elle demeure certainement la maladie la plus mortelle pour nos poissons.
Le problème est que le diagnostique reste compliqué sans autopsie, étant donné que les symptômes se retrouvent dans beaucoup d'autres maladies.
La maladie peut mettre jusqu'à 6 mois à se déclarer, sans avoir montré la moindre activité auparavant. 
Cependant, il semble que son apparition soit liée à de mauvaises conditions de maintenance. 
Les anabantoïdés (Bettas, Colisas, gouramis...), les tétras et en règle générale les poissons de l'ordre des cyprinidés semblent être particulièrement sensibles à cette maladie.

Il s'agit d'un membre des mycobactéries, que l'on retrouve aussi bien en eau douce qu'en eau de mer. Le risque principal restant que cette maladie est transmissible aux amphibiens, reptiles et êtres Humains. 
En dernière remarque, il ne s'agit pas de la tuberculose contre laquelle vous êtes vaccinés normalement... mais les conséquences ne sont pas non plus les mêmes.
Certaines mycobactéries pouvant également infecter les êtres humains, il convient de prendre des précautions et de respecter des règles d’hygiène strictes. Après l’apparition de la maladie, tous les accessoires de l’aquarium doivent être soigneusement désinfectés.



Les symptômes:

Pas de symptômes particuliers. Comme il a été dit précédemment, la maladie peut mettre plusieurs mois à se déclarer. Il faut aussi garder à l'esprit qu'environ 80% des poissons tropicaux sont porteurs sains de la maladie, et qu'elle ne se déclare que dans des conditions très inappropriées à la maintenance du poisson.
Le poisson peut montrer un amaigrissement accentué, un refus de manger, des ulcères, des yeux proéminents (exophtalmie), ou alors un ventre distendu (un peu comme l'hydropisie), une pourriture des nageoire peut être constatée, ainsi que des défauts d'écailles. Des déformations de la colonne (courbures, par exemple) peuvent aussi être constatée.



Traitement:

Aucun traitement médicamenteux. L'euthanasie reste pour le moment la seule option. Il faut manipuler le poisson et le matériel avec des gants, la mycobactérie pouvant pénétrer dans la moindre plaie (y compris les micro-plaies liées au rasage, par exemple).
Le mieux est d'avoir sous la main un savon pharmaceutique antibactérien, pour se laver les mains, le visage
ainsi que toute partie du corps ayant pu être en contact.
Il faut désinfecter tout le matériel, la maladie étant très contagieuse.


En résumé, le poisson montre des signes de maladie pouvant porter à confusion, mais s'il ne guérit pas rapidement avec les traitements usuels, il est alors temps de penser à la tuberculose.
Cette infection est mortelle dans tout les cas pour le poisson, très contagieuse, et se transmet à l'homme dans certains cas.
Veuillez vraiment respecter les règles d'hygiène pour ne pas risquer de vous retrouver infecté. Si vous présentez un risque, adressez vous à votre médecin, il vous évitera peut être de vous retrouver avec des cicatrices sur tout le visage.
Je suis alarmiste, les cas sont très très rares, mais il vaut mieux être prévenu.